atelier d′architecture environnementale
 

Un monde en mouvement… L’approche environnementale touche notre quotidien. Visites de site, positions par rapport à l’actualité, informations sur les évènements liés à la construction écologique sont l’objet des éco-nouvelles.

 
Accueil du site > Eco-nouvelle > A Djenné, Maître maçon (...)
Atelier

Démarche

Eco-nouvelle

Partenaires

Réalisations


  > A Djenné, Maître maçon rêveur
  A Djenné, Maître maçon rêveur  
   
 

A Djenné, ville en terre, les maisons sur patios sont accolées avec vues sur le ciel. Construites et reconstruites avec le matériau pris à la rivière, elles créent des méandres de ruelles. Les styles se mêlent à l’image des influences culturelles. Le delta du Niger est un carrefour culturel comme en témoignent les très anciens manuscrits conservés dans les maisons familiales.

 
 

L’adobe cylindrique, la djenné féré, a été remplacée au cours du 20e siècle sous influence des français par la toubabou féré, adobe parallélépipédique. Confectionnée avec la boue de la rivière, il en existe plusieurs qualités, les plus mauvaises sont fendues et cassantes, les meilleures sont fibrées à la paille et homogènes. Elles sont plus chères mais Maa Sao les préfère pour un meilleur résultat. Le mortier est confectionné sur le chantier avec la même matière pétrie avec les pieds par les apprentis et portés dans des paniers d’osier au maître maçon. Pour le crépissage, touche finale de la maison, le mortier sera laissé à fermenter.

Lorsqu’il reçoit une commande, Maa Sao se rend sur la parcelle, il l’arpente pour évaluer les dimensions et observe les constructions voisines. Pas de plan, la maison se construit d’abord dans les rêves. Les éléments de la maison répondent à certaines mesures, tributaires des techniques mais aussi des traditions : vestibule, galerie, patio, escalier, chambres, pièces diverses, bloc sanitaire.

La construction débute par le patio, le vestibule puis l’escalier pour monter les planchers des étages. Il n’y a pas d’échafaudages et très peu d’outils, des paniers, une truelle, une scie, tout se fait avec les mains et les pieds. Les planchers et l’escalier sont faits d’une association de bois de petite section et de terre. Les adobes sont taillées pour s’adapter aux dimensions.

Maa Sao est au sommet d’une pyramide d’ouvriers depuis les tâcherons qui travaillent la terre jusqu’à l’assistant qui taille, jette le mortier parfois pose les briques. Toute la maison a donc été conçue et construite par le maître maçon. Elle n’est pas conçue entièrement dès le départ, les solutions viennent petit à petit, par les rêves…

Yaya Sao à la suite d’un court voyage à Djenné

 
     
   
     
  Dans la même rubrique  
  Chemin de fer et développement durable
Le bateau solaire de Rolf Dish
Sortir du nucléaire
Voyage d’études dans le Sahara
Restauration d’un four à céramique bois-gaz Feller
Deux éco-hameaux en Suède
Opéra d’Oslo architecture paysage / Oslo opera landscape architecture
Suivi scientifique d’une construction en paille
Vallée du Draa
Maison potagère en paille porteuse
Nouveau cahier du Forum Homme et Architecture
Gaz de schiste, nucléaire, les dénis démocratiques de la politique énergétique
Filières locales pour une solidarité globale
Atelier d’architecture Vivarchi
La simplicité, critère d’intensité sociale
A Djenné, Maître maçon rêveur
Inauguration du village bioclimatique pour séniors à Brasles
Construire économique et écologique à basse consommation d’énergie
Pays du Sud de l’Aisne, projets de territoire
Vivarchi dans Habitat Naturel
article dans à CT sur Globe21
Africa’Fismes
Ecolieu du Moulin de Brisé, demandez le programme !
BIM bricolage
L’architecture militante récompensée par le Prix du Projet Citoyen
Au fil du bois
Pollutions électromagnétiques une avancée dans la loi
Manuscrits de Djenné, une exposition
Conseil en architecture bioclimatique et restauration
Les Clés de l’Habitat Durable en Seine-St-Denis
Espaces de convivialité du Hameau Partagé
Nouveau compteur électrique, risques pour la santé et pour nos libertés
Hameau Partagé un article du Moniteur
La pensée fondamentale de l’architecture organique hongroise d’Imre Makovecz
Calais, une France sans humanité ?
Approche sensorielle de l’architecture
ARBRE Visite d’un chantier en bois local
Itinéraires intérieurs, une exposition de Bruno Fert au Point Ephémère à Paris jusqu’au 15.01.17
NOUVEAU SITE INTERNET VIVARCHI.FR
9e festival des métiers d’art de la restauration du patrimoine de Blancheface
« Réinventer la ruralité dans un monde en transition »
 
Vivarchi / Yannick Champain / Atelier d'Architecture Environnementale / La Ferté-Milon / T (0033)-3 23 72 37 31  /  contact@vivarchi.com
Plan du site | SPIP | Newletter OK